Conférence "Jardiner autrement" - 01/...

CONFÉRENCE "JARDINER AUTREMENT" - 01/10 09H SALLE POLYVALENTE

Publié le mercredi 21 septembre 2022 - Villy-le-Pelloux

Venez assister samedi 1er octobre à la conférence "Jardiner Autrement" présentée par Jean-Claude MOIRON

Date/Lieu :

01/10/2022 - de 09h à 11h
Salle Polyvalente de Villy-le-Pelloux

--------------------------------------------------------------------------------------------------
 

JARDINER AUTREMENT


Le moment est venu de changer nos pratiques de jardinage, car nous avons trop longtemps pour protéger nos cultures, utilisés sans discernement, ou plutôt sans connaissance, des pesticides épouvantablement dangereux.
En effet, durant des dizaines d’années, les jardiniers amateurs, les paysagistes, les agriculteurs, les arboriculteurs, les horticulteurs et les maraîchers ont acheté pour traiter les végétaux, de grandes quantités de produits phytosanitaires d’origine chimique, très toxiques et souvent rémanents.
Dans les années 70/80, on nous enseignait et on nous recommandait de traiter les plantes avant même qu’elles soient malades ou infestées.
Aujourd’hui, nous en savons plus, et on n’a plus le droit de rester dans l’ignorance. Oui, tous les professionnels et tous les jardiniers amateurs ont la connaissance sur ces biocides qui sont à l’origine de nombreux cancers et qui ont anéanti les populations d’auxiliaires utiles à l’homme.
Nous avons aussi compris qu’il y avait des méthodes alternatives, simples, pleines de bon sens, qui permettent d’abord, aux amateurs que nous sommes, de produire de beaux fruits et légumes sans utiliser de produits dangereux pour notre environnement et en définitive pour nous et notre descendance.
En plus des pesticides, on peut aussi se passer de la plupart des apports d’engrais chimiques surtout chez le jardinier amateur.
Les cultivateurs de grandes surfaces seraient bien inspirés dans de nombreuses situations de remplacer leurs grands pulvérisateurs par de grandes déchaumeuses… Ils se passeraient ainsi du Glyphosate.
Tous ceux qui vivent de la terre et qui produisent l’essentiel de notre nourriture doivent revenir à de bonnes pratiques culturales, respectueuses de l’homme, de la faune en général et de la flore en particulier.
Après vous avoir exposé ces généralités, je voudrais m’adresser plus particulièrement aux jardiniers amateurs et leur préconiser les bons gestes et les bonnes pratiques. C’est simple et ça marche !
Voici :

  • Accueillir les auxiliaires qui sont des prédateurs naturels des insectes nuisibles. Attirer les mésanges en installant des mangeoires durant l’hiver.
  • Planter des végétaux mellifères pour attirer les insectes pollinisateurs, indispensables à la fécondation des fleurs ; les abeilles en particulier.
  • Enrichir le sol (de façon conséquente) en matière organique pour que les vers de terre se développent et aèrent le sol en remontant en surface les éléments qui migrent naturellement dans les profondeurs, ainsi que pour favoriser la vie microbienne du sol : les micro-organismes transforment la matière organique en nutriments et, plus ils sont nombreux, plus le sol est riche et vivant. -Travailler le sol avec bon sens, au bon moment et avec les bons outils.
  • Éviter les plantes sensibles et délicates, en favorisant les plantes adaptées à l’environnement. Nous trouvons de plus en plus de nouvelles variétés (hybrides) qui résistent aux maladies et qui sont excellentes sur le plan gustatif (ne pas s’en priver).
  • Assurer une nutrition équilibrée aux plantes, en respectant leurs exigences naturelles en nutriments et en eau.
  • Arroser avec bon sens, en évitant de mouiller certains feuillages.
  • Pratiquer une rotation des cultures pour ne pas cultiver successivement des plantes ayant les mêmes sensibilités, les mêmes exigences, ou les mêmes parasites.
  • Bannir les herbes indésirables par des binages fréquents et en ne laissant pas fructifier certaines plantes, même vos fleurs préférées (des fleurs, oui, des graines, non !). Utiliser le paillage.
  • Ne pas laisser en place une culture malade. Composter, oui ; mais jamais les plantes infestées. Vous remettrez alors, « le loup dans la bergerie ».
  • Toujours identifier le parasite avant d’envisager un traitement. Déterminer le seuil de tolérance des plantes lorsque le parasite fait ses ravages, car si malgré l’attaque la récolte est garantie, pas de traitement. Dans le cas contraire, alors, utiliser la bonne molécule en choisissant si possible un produit naturel.
  • Utiliser les pièges, les phéromones, les filets de protection. Nettoyer les troncs des fruitiers, puis badigeonner au lait de chaux.
  • Avoir recours aux plantes répulsives, aux décoctions ou autres préparations qui éloigneront les insectes indésirables et autres nuisibles, (mulots par exemple).
  • Pratiquer la mycorhization dont les bienfaits sont considérables (terreaux mycorhizés, mycorhizes hydrosolubles, pralin avec mycorhizes…).
  • Pré-tailler vos rosiers dès les premières gelées blanches en éliminant toutes les feuilles.

Bon jardinage…


Jardiner est un plaisir, c’est entretenir son équilibre moral, et sa forme physique.
JARDINER AUTREMENT, c’est aussi considérer le jardin comme un véritable écosystème, c’est
donner un nouveau sens à l’horticulture afin d’obtenir des produits consommables les plus sains et
naturels possibles.


Jean-Claude MOIRON
Ingénieur, Officier du Mérite Agricole.
Lauréat du concours national 2011.SNHF. « JARDINER AUTREMENT »